Audition par Michel LARIVE en commission des affaires culturelle de Gabriel ATTAL, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

« Le coût du Service National Universel était selon nous, exorbitant au regard de ses effets limités. La durée d’un mois ne permet pas d’approfondir les thèmes abordés, d’identifier les difficultés accumulées chez certains jeunes participants, ou de rattraper des inégalités. Aujourd’hui, vous désirez affecter les jeunes gens concernés, à la solidarité nationale, c’est une bonne chose.

Mais les lacunes du SNU, telles que prévues avant la crise du Covid, m’ont poussées à vous formuler une autre proposition par la voie des questions écrites au Gouvernement. Je n’ai pas encore eu de réponse de votre part à ce jour. Je vous reformule donc ma proposition à l’occasion de cette audition parce qu’elle reste d’actualité. Je propose que le SNU soit annulé totalement ou en partie cette année et que les fonds qui étaient prévus soient réorientés vers le financement des colonies de vacances. Ceci n’empêcherait en aucun cas les jeunes gens de faire acte de solidarité autour d’eux.

Permettre aux enfants de partir en vacances après 2 mois de confinement minimum aura un impact bien plus grand que le SNU ! Bien organisées, les colonies de vacances peuvent aussi favoriser un brassage social et une nécessaire mixité. Elles se révèlent également comme un apprentissage de la citoyenneté et un espace d’émancipation individuelle et d’apprentissage de la vie collective.

Monsieur le secrétaire d’état, que pensez-vous de cette proposition et êtes-vous disposé à la mettre en place ? »