Michel Larive

Député de la deuxième circonscription de l'Ariège

 

 

Porter votre parole, partout où cela est utile

Vous m’avez fait l’honneur de m’élire comme député pour défendre les valeurs humanistes, sociales et écologiques auxquelles vous et moi sommes viscéralement attachés. La tâche est rude mais mon effort, associé à celui de mes collègues de la France insoumise, sera sans relâche pour nous opposer à la politique destructrice d’Emmanuel Macron.
Parmi mes nombreux devoirs, je n’oublie pas celui de vous tenir constamment informé.e.s du travail effectué et c’est pourquoi, sur ce site, je vous rendrai compte régulièrement de notre actualité.

Edito


 

Le 16 mars, plusieurs centaines de milliers de personnes se sont rassemblées pacifiquement partout en France pour clamer haut et fort : “fin du monde, fin du mois : même combat !” L’urgence écologique est indéniable, tout comme l’urgence sociale. Chacun de ces maux a des racines communes. La gloutonnerie consumériste et la course effrénée pour le profit, qu’importe le coût environnemental et social, le dogmatisme libéral et l’irresponsabilité des puissances financières, ou encore l’accumulation de la majeure partie des richesses par quelques uns, au détriment de tous les autres, nous ont conduits à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Sortir de la crise que nous traversons et éviter la catastrophe qui s’annonce nécessite des actes concrets et immédiats.

En matière d’écologie, nous devons impérativement réduire nos émissions de gaz à effet de serre, par exemple en organisant la relocalisation de la production d’un maximum de biens et services, en finançant la rénovation énergétique et en repensant la mobilité individuelle et collective. Par ailleurs il nous faut prendre des mesures fortes pour mettre fin au gaspillage et aux pollutions, en imposant la réduction des emballages, en luttant contre l’obsolescence programmée, et en investissant dans la collecte et le traitement de tous les déchets. La préservation de notre environnement passe aussi par la transition écologique et paysanne. Aujourd’hui près de 70 % de la nourriture produite dans le monde provient d’exploitations paysannes. Pourtant c’est un modèle agricole industriel basé sur la rentabilité économique à court terme qui s’est imposé dans notre pays après la Seconde Guerre Mondiale. Or, ce modèle ultra-mécanisé est responsable à lui seul d’environ le quart des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et pose d’importants problèmes de pollution des sols et de l’eau. Nous devons accompagner nos agriculteurs dans cette transformation de leurs pratiques, mieux les soutenir face à la concurrence internationale déloyale et garantir qu’ils puissent vivre dignement de leur travail. De plus, afin d’assurer un avenir à l’humanité, nous devons aussi nous sevrer de notre dépendance excessive aux énergies fossiles, et privilégier des énergies durables, comme le solaire, l’éolien, ou la marémotrice.

La transition écologique pourrait être un puissant levier pour répondre à l’urgence sociale qui frappe notre pays, car elle générera des millions d’emplois. Rien que pour réaliser la transition agricole, nous aurons besoin de 400.000 agriculteurs supplémentaires, et on estime que la transition énergétique pourrait créer près de 900.000 emplois. La relocalisation de notre économie, les nouvelles formes de mobilité, l’amélioration de la collecte, du traitement et du recyclage de nos déchets permettraient de créer des centaines de milliers d’emplois supplémentaires. Mais bien entendu pour que cela ait un sens, il est nécessaire de prendre des mesures sévères afin d’organiser un meilleur partage des richesses, pour garantir un revenu digne à chaque personne qui travaille, et rehausser tous les minimas sociaux au niveau du SMIC, qui doit au plus vite atteindre 1.500 euros.
Ainsi des solutions politiques concrètes existent pour sortir par le haut du mouvement protestataire légitime qui traverse la France depuis plusieurs mois. Pourtant, le gouvernement d’Emmanuel Macron ne semble ni s’intéresser aux causes profondes, ni vouloir proposer des solutions adaptées à la situation. Le dimanche 17 mars, il a préféré se réunir pour une réunion de crise au sujet des violences et des dégradations commises sur les Champs Elysées, en marge de l’acte 18 des Gilets jaunes. À l’issue de cette réunion au sommet, le gouvernement a décidé d’interdire les manifestations dans certains quartiers à Paris, Toulouse, Bordeaux ou encore Nice, et a fait savoir qu’il souhaitait déployer des soldats de l’opération Sentinelle le samedi 23 mars, pour protéger nos bâtiments publics contre les casseurs. Cette annonce a finalement fait état d’un rétropédalage, et c’est tant mieux !

Je condamne fermement les violences qui ont eu lieu samedi 17 mars sur les Champs-Elysées. Je suis d’ailleurs contre toutes les formes de violence même lorsqu’elles sont moins spectaculaires, comme la violence environnementale et sociale qui tue chaque année des milliers de personnes en France. Cependant je déplore le traitement médiatique de la journée du samedi 17 mars, qui amalgame l’immense majorité pacifique des Gilets jaunes avec une minorité violente, mues par une colère et une haine contre-productive. Car lorsque l’on montre en boucle sur les chaînes d’informations les vitrines brisées et les commerçants en colère, le fond politique est abandonné au profit d’une information biaisée, ou tout du moins très incomplète. On occulte ainsi le fait que les questions posées par le peuple français depuis début novembre n’ont toujours pas eu de réponse concrètes. Les 10 milliards d’euros débloqués par le gouvernement pour délivrer une prime exceptionnelle aux salariés les plus modestes apparaissent comme de la poudre aux yeux. Il en résulte une grande amertume chez les manifestants et le sentiment persistant d’être méprisé par le pouvoir. Si les gilets jaunes descendent dans la rue depuis des mois c’est pour demander plus de justice sociale, plus de démocratie, et un avenir meilleur pour leurs enfants. Tous ces gens-là attendent de vraies réponses aux problèmes qui sont posés, et ne sauraient se satisfaire d’incantations politiciennes destinées une fois de plus à les berner, à l’image de ce Grand débat écran de fumée qui s’apparente plutôt à une formidable opération de communication en vue de redorer le blason de la majorité avant les européennes du mois de mai.

Ne soyons pas dupes. Observons les faits. Lorsque l’on se penche sur le bilan écologique de ce gouvernement, aucun doute n’est possible sur les priorités qu’il s’est fixé : report de la fermeture des centrales nucléaires, report de l’interdiction du glyphosate, interruption des aides au maintien en agriculture bio, refus de l’interdiction de l’importation d’huile de palme, stagnation des aides à la rénovation énergétique, baisse du financement des Agences de l’eau, etc. En matière de services publics, gardons en mémoire que le gouvernement ambitionne de supprimer 120.000 postes de fonctionnaires durant le quinquennat, avec pour conséquences déjà visibles la fermeture de trésoreries, de classes d’écoles, de lits d’hôpitaux, et une réduction globale du nombre de personnels d’accueil dans toutes les administrations… Prenons acte du fait que le patrimoine public français continue d’être bradé au privé : réforme SNCF, ouverture à la concurrence des concessions sur les barrages hydroélectriques, privatisation des aéroports, de la Française des jeux, etc. N’oublions pas que le gouvernement attaque aussi notre modèle social, en réformant le code du travail, en augmentant la CSG sur les pensions de retraite, en réformant les statuts de la fonction publique, en supprimant les emplois aidés, en réduisant les aides pour les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, en autorisant l’enfermement des enfants de migrants, en faisant passer les quotas de logements adaptés aux personnes à mobilité réduite de 100% des nouvelles constructions à seulement 10%, etc. A l’inverse, reconnaissons que le gouvernement accorde une attention particulière aux ultra-riches : transformation de l’ISF en Impôt sur la fortune immobilière (IFI), suppression de l’Exit-Tax qui sanctionnait les évadés fiscaux, baisse des prélèvements fiscaux sur les revenus du capital avec la mise en place de la Flat-tax, etc.

Cela ne peut plus durer. Face à l’aveuglement et la surdité de ce gouvernement, nous devons envoyer un message fort au Président de la République et à sa majorité. Utilisons le vote du 26 mai prochain pour sanctionner le comportement du Président et sa politique, qui n’apporte aucune solution sérieuse à la crise écologique, détruit nos services publics, notre modèle social et continue d’engraisser ceux qui ont déjà tout. Tous aux urnes le 26 mai !

Ma semaine en image

du 29 mars au 5 avril 2019

Paris : hommage aux morts de la rue

Avec Jean-Luc Mélenchon, Clémentine Autain Mathilde Panot, Eric Coquerel et Ugo Bernalicis, nous représentons le groupe parlementaire La France insoumise à l’Assemblée nationale, à l’hommage organisé par le Collectif Les Morts de la Rue aux 566 personnes mortes de la rue en 2018.

Paris : manifestation contre la loi Blanquer

Bravo aux enseignant·e·s et aux parents d’élèves mobilisé·e·s en nombre contre la loi Blanquer à Paris. La semaine prochaine, des milliers d’enseignants seront en grève et organiseront des actions pour dire #STOPreformesBlanquer et NON au projet #EcoleDeConfiance. On lâche rien !

Foix : pour une agriculture écologique et paysanne

Deux de nos candidat·e·s aux élections européennes, Nathalie Bourras et Laurent Therond, qui sont aussi des membres actifs du groupe de travail sur l’agriculture et l’alimentation à la France Insoumise, ont rencontré les associations et organisations ariégeoises qui promeuvent une agriculture écologique et paysanne.

Ils ont échangé pendant près de deux heures sur de nombreux sujets : réorganisation des aides de la PAC, réflexion sur l’usage de l’eau, développement des circuits courts, pastoralisme, etc. Voilà comment nous construisons notre projet politique, en rencontrant les spécialistes sur le terrain, en prenant le temps d’échanger avec eux pour mieux cerner les enjeux dans chaque domaine. Dégagé de l’influence des lobbies et soucieux de ne jamais nous enfermer dans une tour d’ivoire, nous expérimentons une autre manière de faire de la politique.

Bravo aux insoumis·e·s locaux pour l’organisation de cette journée !

Foix : réunion publique agriculture

Véritable succès pour la réunion publique participative à Foix, autour de l’agriculture, organisée par les insoumis·e·s d’Ariège, avec nos candidat·e·s aux européennes Laurent Therond & Nathalie Bourras.
Bravo à toutes et tous et à très vite pour d’autres événements de campagne ariègeois !

Bayonne : réunion publique | politiques culturelles

Retour sur une très belle journée passée à Bayonne, aux côtés de nos candidats aux élections européennes Eric Lytwyn et Jean-Louis Boutevin. Après une visite de l’école d’art de Biarritz, la rencontre d’associations locales, en soirée, nous avons animé une réunion publique autour de la question des politiques culturelles en France et en région.
Un grand merci aux insoumis•es basques pour l’organisation de cette journée et votre accueil chaleureux 🙂

Actualité

Retrouvez ici mon actualité la plus récente à l’Assemblée nationale, en Ariège ainsi que lors de mes déplacements en France et à l’étranger.

Manifeste – contre le linguicide du français !

Pour clôturer la semaine de la Francophonie, je partage avec vous ce manifeste que j'ai co-signé, visant à promouvoir la langue française, langue de notre République, et dénoncer les dérives linguistiques qu'elle subit en raison de l'oligarchie financière notamment. MANIFESTE DU 20...

Lire la suite…
Manifeste – contre le linguicide du français !

Le “Vrai débat” en Couserans

Le 8 mars dernier, le groupe d’action des insoumis·e·s du Couserans a organisé le “Vrai débat”, en réponse à la mascarade du Grand débat national proposé par la majorité. D’ailleurs, à l’heure des comptes, nous pouvons constater que nos concitoyen·ne·s n’ont pas été dupes : moins de 1% du corps...

Lire la suite…
Le “Vrai débat” en Couserans

Merci de partager

Vous aimez le site ? Faites-le connaître en le partageant avec vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer