Michel Larive

Député de la deuxième circonscription de l'Ariège

 

 

Porter votre parole, partout où cela est utile

Vous m’avez fait l’honneur de m’élire comme député pour défendre les valeurs humanistes, sociales et écologiques auxquelles vous et moi sommes viscéralement attachés. La tâche est rude mais mon effort, associé à celui de mes collègues de la France insoumise, sera sans relâche pour nous opposer à la politique destructrice d’Emmanuel Macron.
Parmi mes nombreux devoirs, je n’oublie pas celui de vous tenir constamment informé.e.s du travail effectué et c’est pourquoi, sur ce site, je vous rendrai compte régulièrement de notre actualité.

Edito


 

L’accord de libre-échange CETA entre l’Union Européenne et le Canada a été adopté à une courte majorité ce mardi 23 juillet à l’Assemblée Nationale. Le combat mené conjointement par des syndicats, des associations et des député·e·s de tous bords politiques pour empêcher cette forfaiture n’a donc pas suffit.

Dans un premier temps, la majorité LREM souhaitait faire voter le CETA en catimini et en pleine nuit, comme pour l’interdiction du glyphosate. Pour nombre de députés de la majorité, c’était la possibilité inespérée de ne pas avoir à assumer politiquement les conséquences de leur vote. Mais la pression exercée par les députés d’opposition et par l’opinion publique a eu raison de ces manœuvres politiques de bas étage. Avec le groupe parlementaire La France Insoumise, nous avons en effet obtenu que ce vote soit un vote solennel. En obligeant ainsi la quasi-totalité de la représentation nationale à se positionner, nous avons eu une énième preuve de l’hypocrisie de la majorité – à défaut d’avoir empêché la ratification de l’accord. En effet, pendant que l’Assemblée Nationale votait un accord de libre-échange néfaste pour l’environnement et pour la biodiversité, la jeune militante pour le climat Greta Thunberg était reçue puis ovationnée par la représentation nationale. Un hasard du calendrier qui en dit long sur le « en-même temps » macronien. En politique, le décalage entre les paroles et les actes ne résiste pas à l’analyse des faits. 

Au sein de la France Insoumise, nous nous battons depuis 2013 contre cet accord. Il ne s’agit pas seulement de commerce, mais d’une vision du monde que nous contestons. L’idéologie du libre-échange d’abord. Prétextant la crise du multilatéralisme, l’Union Européenne multiplie la signature d’accords de libre-échange. Ce sont toujours les mêmes poncifs néolibéraux : la réduction drastique des barrières douanières, le nivellement vers le bas des normes et des régulations, ainsi que la libéralisation des échanges. Ces politiques poussent directement au moins disant social, environnemental et sanitaire. Les producteurs doivent produire au moindre coût pour rester compétitif. Dans la conjoncture actuelle, la poursuite de ces politiques constitue un contre-sens historique. En effet, à travers les différentes crises – financière, écologique, démocratique, politique – qui se succèdent, le cycle néolibéral touche à sa fin. Ainsi, l’impératif actuel est au contraire de relocaliser le plus possible la production, afin que notre modèle économique et agro-alimentaire soit durable et réponde enfin aux aspirations des citoyens.

Sur l’environnement, le CETA est une véritable insulte à l’urgence écologique. Dans les 2 000 pages du texte, il n’y a aucune mention des questions climatiques, de la biodiversité ou même de l’Accord de Paris. Au contraire, c’est l’augmentation des échanges et l’importation de biens produits de l’autre côté de l’Atlantique comme horizon indépassable. De plus, le mécanisme de règlement des différends entre les entreprises et les États instauré par l’accord permettra à certains acteurs économiques et aux lobbies de contester certaines dispositions environnementales. Cet affaiblissement des normes existantes dans l’UE va créer un dumping favorable au secteur agro-alimentaire canadien, tristement célèbre pour sa production de viande avec des farines animales, des antibiotiques, des OGM, des activateurs de croissance. Ainsi, en plus d’achever des filières françaises déjà extrêmement fragilisées, on peut s’attendre à l’arrivée prochaine de produits qui ne correspondent absolument pas à nos standards européens. Je suis scandalisé que dans ce contexte, les député·e·s de la majorité aient pu apporter leur soutien à cet accord qui livre en pâture nos agriculteurs, en Ariège et ailleurs, à la concurrence déloyale de producteurs qui ne respectent pas les normes environnementales et sociales en vigueur dans notre pays.

J’achèverai mon propos sur le CETA en rappelant que la ratification n’était pas surprenante mais que les résultats du vote le sont davantage. Depuis le début de la législature, un texte n’a jamais généré autant de contestation que celui-ci, que ce soit dans l’opposition ou au sein de la majorité présidentielle. Un grand nombre de députés LREM se sont abstenus et neuf d’entre eux ont même voté contre le texte. Cette bataille du CETA laissera donc des traces. Les marcheurs ne pourront pas éternellement résoudre leurs contradictions dans le suivisme du parti présidentiel ou dans l’abstention.

Dès la rentrée, il faudra donc continuer de se mobiliser, en associant la lucidité de l’intelligence à l’optimisme de la volonté. De nombreux combats nous attendent : sur les retraites, sur l’assurance chômage… Le but ? Mettre fin à ces mêmes politiques dépassées qui nous conduisent aux mêmes impasses.

Je souhaiterais enfin féliciter les ariégeois et les ariégeoises pour leur mobilisation vis-à-vis du référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris. L’Ariège figure dans le classement des vingt départements les plus mobilisés ! Il faut désormais accélérer la mobilisation car le plus dur reste à faire. N’hésitez donc pas, durant cette parenthèse estivale propice à la convivialité, à faire signer le référendum à vos ami·e·s, proches et voisin·es : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1.  

Avec mes collègues député·es du groupe parlementaire La France Insoumise, nous continuerons de proposer un autre modèle de société, conforme aux aspirations du plus grand nombre. Une alternative est possible.

Je vous souhaite à toutes et tous un agréable été.

Ma semaine en image

 

Le CETA adopté

Après avoir applaudi Greta Thunberg, la majorité vient de voter pour le CETA.
Avec son fameux “en même temps”, la macronie sacrifie l’environnement et la santé au profit des lobbies.

Pamiers : réunion publique “culture”

Une nouvelle Rencontre en culture insoumise, cette fois à Pamiers. L’occasion de présenter au public le projet de la France Insoumise en matière de politique culturelle, et d’échanger avec lui sur cette question d’intérêt général bien souvent négligée par les gouvernements successifs, qui considèrent malheureusement la culture comme une vulgaire variable d’ajustement des budgets.

Saint-Quentin-La-Tour : rencontre avec les élu·e·s

Après un rendez-vous avec deux commissaires enquêteurs, au sujet du devenir des enquêtes publiques, j’ai rencontré des élu·e·s du secteur de Saint-Quentin-la-Tour. Nous avons longuement échangé sur les problématiques locales. Avant de repartir, j’ai eu le plaisir de découvrir le café associatif local.

Saint-Victor-Rouzaud : visite de l’écovillage

Visite de l’écovillage de Sainte-Camelle à Saint-Victor-Rouzaud. Les 15 personnes qui habitent le lieu à l’année créent de l’activité économique, et expérimentent un mode de vie et d’organisation collective responsable écologiquement et socialement. Ils accueillent de nombreux visiteurs de passage au cours de l’année, à l’occasion de stages pratiques, de conférences, d’événements culturels, ou tout simplement dans une démarche solidaire d’accueil de personnes en grande difficulté (notamment des jeunes). Si ce type d’expérimentation n’est pas transposable directement à l’échelle d’un pays, leur démarche exemplaire est toutefois riche d’enseignements très concrets, et demeure une source d’inspiration importante pour continuer le combat politique afin de faire valoir qu’un autre monde est non seulement possible mais nécessaire…

Baccalauréat 2019

Félicitations aux nouveaux bacheliers et tout mon soutien aux grévistes qui dénoncent les réformes Blanquer et se battent pour l’intérêt général !

Actualité

Retrouvez ici mon actualité la plus récente à l’Assemblée nationale, en Ariège ainsi que lors de mes déplacements en France et à l’étranger.

Quel avenir pour l’enseigne Conforama France ?

Question écrite – Conforama FranceJ'ai attiré l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur la situation que traverse l'enseigne Conforama France, qui exploite plus de 200 magasins et emploie environ 9000 salariés dans l'hexagone. La direction a annoncé début juillet son intention de fermer 32 sites Conforama...

Lire la suite…

Où est Steve ?

21 juin 2019. Alors que la fête bat son plein à Nantes pour célébrer l’été et la Musique, la police charge violemment des jeunes rassemblés sur les quais. Il est 4h30 du matin, l’heure légale autorisée pour écouter de la musique est dépassée de trente minutes. Un tir de LBD et des jets de lacrymogènes, comme en attestent des vidéos...

Lire la suite…

Rencontres en culture insoumise | 1 an

Il y a tout juste un an débutaient les “Rencontres en Culture insoumise”, un rendez-vous au gré des festivals et autres manifestations culturelles qui jalonnent notre territoire. De concerts en pièces de théâtre, en passant par les...

Lire la suite…

Merci de partager

Vous aimez le site ? Faites-le connaître en le partageant avec vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer