Question écrite – Quel avenir pour le CNSAD ?
J’alerte M. le Ministre de la Culture sur le sort du Conservatoire Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD).

Monsieur Christian Benedetti, acteur, metteur en scène et directeur du Théâtre-Studio à Alfortville, a attiré à juste titre son attention sur le sort du CNSAD. Le Conservatoire national d’art dramatique, qui était autrefois également conservatoire de musique, a vu passer dans ses murs l’histoire de la musique, du théâtre et du cinéma français depuis 1784. Seule la restauration l’a fermé du fait de son implication révolutionnaire. La liste des actrices et acteurs, des artistes qui y ont travaillé, s’y sont révélés et épanouis, de Sarah Bernard à Louis Jouvet, d’Antoine Vitez à Hector Berlioz, est trop impressionnante et trop longue pour être ici développée.
Outre son histoire, ce bien représente incontestablement un intérêt patrimonial, architectural et artistique exceptionnel et cohérent qui a suscité une démarche en vue de son classement aux Monuments historiques en 2011. Comment penser autrement quand on parle, entre autres, de l’ensemble cohérent du grand escalier Art déco, du vestibule et du salon d’honneur, de la salle Louis-Jouvet et de l’ensemble Berlioz dont son propre bureau, des fresques et peintures qu’il contient ? Or le gouvernement envisage de vendre ce bien à la découpe. Votre prédécesseure avait déclaré : « Le loto du patrimoine vient compléter l’action du ministère de la Culture ». On ne comprend pas le sens de cette assertion si ce projet se réalise. On ne peut impunément vendre tout ce qui fait l’histoire de la France, et particulièrement son histoire culturelle et artistique.  Avec les milliers de pétitionnaires de « Rue du conservatoire », qui se félicitent de la création de La Cité du Théâtre en 2022, le député Michel Larive demande que ce bâtiment exceptionnel soit classé et non bradé à ceux qui font du m2 parisien leur affaire spéculative. Il demande également que ce bâtiment, dont la vocation artistique est inscrite dans ses murs, conserve une destination culturelle. Pouvez-vous nous indiquer votre position sur ce dossier ?