Audition en commission des affaires culturelles de M. Cédric Dugardin, président-directeur général de Presstalis.

« Le 15 mai dernier, le tribunal de commerce de Paris a placé le premier distributeur de la presse française, Presstalis, en redressement judiciaire. Les juges ont également prononcé la liquidation de ses filiales en régions : la Société d’Agences et de Diffusion (SAD) et la Société pour la promotion et la communication (Soprocom). Ces deux entités emploient plus de 500 salariés et sont chargées de distribuer la presse dans 10.000 points de vente de presses.

En conséquence de cette décision, les emplois des salariés sont menacés et les journaux ne sont plus acheminés sur près d’un tiers du territoire national. Cela porte une atteinte grave à la continuité de la distribution de la presse d’information politique et générale. Il est urgentissime que la distribution reprenne ! La mission de pluralité remplie par Presstalis doit être assurée, elle est un des fondements de notre démocratie.

Le 25 avril, lors d’une interview que vous avez accordée au journal Le Monde, vous affirmiez : « L’Etat, qui est le garant de la pluralité de la presse, a un rôle-clé », puis « Il est temps que l’Etat montre la voie ». Effectivement, l’Etat doit prendre toute sa part de responsabilité. A l’instar d’une proposition de loi de ma collègue Marie-George BUFFET, nous soutenons la création d’une coopérative unique de distribution de la presse, soutenue financièrement par l’État.

Mais force est de constater que la tendance gouvernementale n’est pas au soutien du secteur de la distribution de la presse. La dernière initiative en la matière a consisté à affaiblir la loi Bichet et à organiser l’ouverture du marché et la mise en concurrence des coopératives de distribution de presse en 2023.

Face à l’urgence de reprendre la distribution de la presse, nous soutenons une proposition des salariés qui expriment leur volonté de créer une société coopérative d’intérêt collectif, afin de reprendre en main l’activité et la sauver. Y êtes-vous favorable ? Sinon quelles sont les pistes que vous préconisez pour sortir de cette crise ? »