Lorsque j’ai présenté ma candidature aux élections législatives en 2017, je vous avais annoncé que si j’étais élu, j’organiserais au cours de mon mandat, des états généraux de l’Ariège.
Je suis convaincu que les personnes qui œuvrent au quotidien, chacun.e dans leur secteur d’activité, sont idéalement placées pour identifier les vrais problèmes de sociétés, et qu’ils ont la possibilité de construire des solutions efficaces.
La crise sanitaire en cours semble bien confirmer que l’expertocratie auto proclamée est incapable de faire face convenablement aux urgences du moment et manque au devoir de protection des populations.

C’est pourquoi je vous invite vivement à vous associer à la démarche citoyenne que je vous propose aujourd’hui, en participant à ces Etats généraux de l’Ariège qui débuterons à l’automne prochain (si l’actualité sanitaire le permet) et en déposant dès maintenant vos contributions sur cette plate-forme Web.

L’Ariège est un vaste département, dont deux tiers du territoire est qualifié d’hyper-rural, ce qui signifie, selon la définition émise par le sénateur Alain Bertrand dans son rapport de 2014, qu’il se caractérise par une population vieillissante, de faibles revenus, un éloignement des pôles d’emplois (plus de 5 000 emplois) et des pôles de services courants les plus proches. A l’exception des communes situées sur l’axe Saverdun-Pamiers-Foix, le long de la N20, qui bénéficient d’une dynamique économique certaine, les autres bassins de vie cumulent des difficultés importantes. Ils souffrent particulièrement de la rupture du pacte républicain liée au désengagement croissant de l’Etat dans les territoires.
Pourtant ces territoires possèdent beaucoup d’autres atouts. Ils bénéficient encore d’une économie présentielle et touristique, facteur d’attractivité. Ils possèdent aussi un potentiel de développement des énergies renouvelables important et des ressources naturelles utiles aux grands pôles urbains régionaux. Ils offrent de plus, un cadre et une qualité de vie sans commune mesure avec ceux des grandes villes, et peuvent accueillir de nouvelles populations.

L’objectif des Etats généraux de l’Ariège  est de rassembler autour de grandes thématiques essentielles, les Ariégeoises et les Ariégeois, qu’ils soient simples citoyen.ne.s, représentant.e.s d’associations ou de syndicats, élu.e.s, technicien.ne.s ou autres professionnel.le.s. Il s’agit de créer un espace de débat public afin que toutes les personnes concernées puissent établir ensemble un diagnostic de la situation et co-élaborent des pistes de solutions pour répondre aux différents enjeux qui s’imposent à notre département.
Concrètement cette démarche se traduira par la tenue de plusieurs grandes réunions publiques, auxquelles seront invitées les organisations, les collectivités et tou.te.s les Ariégeois.e.s désireux.se.s de participer.

Les quatre thèmes suivants seront successivement abordés :

1. Cohésion sociale, culture et solidarités
En septembre
Sous-thèmes : associations, culture, sport, immigration, pauvreté, solidarité, citoyenneté, etc.

Il existe près de 5 800 associations en Ariège, qui interviennent dans tous les domaines de la société : social, santé, environnement, culture, sport etc. Plus de 50 000 Ariégeois.e.s œuvrent bénévolement pour faire vivre ces associations. Près d’un quart des associations créées ces dernières années ont un caractère culturel. Viennent ensuite les associations liées aux loisirs. Le département enregistre aussi un grand nombre d’associations sportives, dont près de 600 clubs appartenant à des fédérations agréées, qui enregistrent environ 41 000 licences. Les associations liées à la protection de l’environnement et celles concernant le domaine économique sont particulièrement nombreuses en Ariège, comparativement à celles enregistrées en moyenne dans les autres départements. En revanche, le domaine social, les amicales, les associations d’entraide, et celles liées à l’éducation sont nettement sous-représentés par rapport à la moyenne nationale. Nous devons encourager la solidarité et développer des politiques publiques qui contribuent à renforcer le lien social. La sauvegarde et le développement de nos services publics devrait être l’une de nos priorités.
Quelle est la situation des associations dans le département ? Comment leur action s’inscrit-elle dans les politiques publiques ? Quels sont leurs besoins ? Que pouvons-nous faire pour aider les associations ? Par ailleurs, comment s’exerce la citoyenneté en Ariège ? Quelles formes de participations citoyennes pourrions-nous développer ?

2. Economie et emplois en Ariège
En octobre
Sous-thèmes : industrie, commerce, tourisme, artisanat, chômage, formation professionnelle, insertion, etc.

Avec un taux de chômage de 11% au 3e trimestre 2019, l’Ariège se place à la 9e place des départements les plus touchés par le chômage. Nous nous situons à la 7e place des départements les plus pauvres de France, avec un revenu annuel moyen par habitant de seulement 20 272 € en 2015 et un taux de pauvreté de 18,5% en 2016. Les ¾ des entreprises ne comptent qu’une seule personne. Seules 5% d’entre elles embauchent 10 salariés ou plus. Plus de 50% des établissements actifs exercent dans le secteur du commerce, du transport et des services. L’administration publique : enseignement, santé et action sociale représentent environ 17% des établissements, le BTP 12%, l’agriculture 10% et l’industrie 8%.
Il existe néanmoins des perspectives encourageantes pour redynamiser notre territoire. Quels sont les carences et les atouts des différents bassins de vie du département ? De quels leviers disposons-nous pour développer l’activité et créer des emplois ? Quel modèle économique souhaitons-nous mettre en œuvre sur le département ?

3. La transition écologique et paysanne
En novembre
Sous-thèmes : protection de l’environnement, économie circulaire, ressource en eau, gestion des déchets, pratiques agricoles, conflits d’usages, énergie renouvelable, etc.

L’urgence écologique et climatique fait l’objet d’un large consensus de la communauté scientifique à travers le monde entier. Nous devons collectivement trouver et mettre en œuvre les solutions pratiques qui nous permettrons de limiter les effets du changement climatique et de nous protéger contre d’éventuelles crises consécutives de ce phénomène. Il s’agit ici de proposer des mesures d’accompagnement de la transition écologique et paysanne. Par ailleurs, les collectivités ne doivent plus se contenter d’élaborer des plans pour établir ce qu’il conviendrait de faire, elles doivent maintenant s’engager concrètement.
Nous bénéficions d’un patrimoine naturel remarquable en Ariège. Comment l’évaluer ? Quelles sont les activités qui nuisent à ce patrimoine ? Comment limiter ces impacts et les réduire ? Qu’avons-nous fait jusqu’à présent pour sauvegarder ce patrimoine naturel et même l’améliorer ? Quelles mesures concrètes avons-nous mises en œuvre pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique ? Que pourrions-nous faire de plus ?

4. Populations et aménagement du territoire
En décembre
Sous-thèmes : petite-enfance, jeunesse, établissements scolaires et universitaires, hôpitaux, médecine, gestion de l’eau, impôts, services à la personne, logement, transports, énergie, télécommunications, infrastructures, voiries, etc.

L’Ariège est un département à la population vieillissante qui n’augmente plus que de 0,1% par an en moyenne depuis 2010, contre 0,8% en Occitanie et 0,4% au plan national. En 1975, la part des personnes âgées de 60 ans ou plus était de 28% et celle des moins de 30 ans de 39%. Aujourd’hui, le rapport est presque inversé avec 34% de personnes âgées de 60 ans ou plus et seulement 29% de moins de 30 ans. Le solde naturel est négatif et le solde migratoire parvient tout juste à compenser ce déficit démographique.
La répartition des services est très inégale sur le territoire et certains secteurs du département sont particulièrement mal desservis, ce qui nuit considérablement à leur attractivité. Le désenclavement de certaines parties du territoire et le développement des transports en communs constituent des enjeux importants.
Pourtant le département offre un cadre de vie exceptionnel et pourrait devenir très attractif si l’offre de service s’améliorait. Quelle est exactement la situation des services publics et des infrastructures en Ariège ? Où sont les carences ? Qu’a-t-on entrepris jusqu’à présent pour améliorer l’attractivité du territoire ? Que pourrions-nous faire pour développer l’offre de services dans le département ?

Une dernière réunion de synthèse de l’ensemble de nos travaux clôturera ces états généraux.

Prenez la parole

Vous pouvez dès à présent consulter toutes les contributions laissées par les Ariégeois.e.s et apporter vous-même votre contribution à cette réflexion collective sur chaque thème, en utilisant la plateforme participative citoyenne que voici. Il vous suffit pour cela de cliquer sur le thème qui vous intéresse et de remplir le formulaire proposé. Ces contributions seront synthétisées avant la tenue des réunions publiques, pour chaque thématique, et une lecture en sera faite en public, afin de les intégrer à la réflexion collective.

Cohésion sociale,
culture et solidarités

Economie et emplois
en Ariège

transition écologique
et paysanne

Populations et
aménagement du territoire

PARTAGEZ AVEC VOS AMI⋅E⋅S

Nous contacter

Vous avez une remarque ou une question concernant les États généraux de l’Ariège ?
Pour cela, vous pouvez nous contacter à l’aide de ce formulaire.

12 + 7 =

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer