L’unité mixte de recherche du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Moulis, appelée « Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale » (SETE) est un lieu où les scientifiques pratiquent l’écologie expérimentale et théorique. J’ai eu la chance de la visiter aux côtés du directeur M. Clobert, qui m’a fait découvrir les installations et projets de développement qui sont en cours pour agrandir le site.

Je retiens notamment de cette visite, le Métatron installé sur la commune de Caumont (09), qui permet d’étudier la réponse des espèces animales au changement climatique. Ce dispositif, unique au monde, a notamment reçu une récompense européenne, qui lui confère une très grande reconnaissance dans le milieu scientifique.

Le Méta-Aquatron, qui n’est pas totalement terminé, complète cette installation, puisqu’il permet d’étudier les effets du climat sur les systèmes écologiques aquatiques. Une centaine d’étangs interconnectés ont été construits, ainsi qu’une version réduite de rivières artificielles permettant de faire de l’expérimentation à l’échelle d’un écosystème.
La station dispose de nombreuses autres installations et matériel de pointe qui sont amenés à se développer dans les années à venir.

Ce centre représente une véritable richesse pour notre territoire. Il est d’une part reconnu pour ses travaux et permet des avancées dans le domaine de la recherche scientifique, rendues possibles par les installations innovantes présentes sur le site. D’autre part, il est vecteur en terme de transmission de savoirs et de connaissances puisque de nombreux colloques sont organisés in situ, mais, ce qui me paraît essentiel, ce sont les cours délivrés en lien avec l’université Paul Sabatier notamment, jusqu’au niveau Master 2. Les étudiant·e·s sont amené·e·s à suivre des modules à Moulis, dans les locaux du CNRS, où un bâtiment est dédié à l’accueil des étudiant·e·s. Le site souhaite s’intégrer dans une logique multidisciplinaire et à terme, attirer des enseignant·e·s sur place.
L’impact économique local est également important, en effet ce sont 73 ETP (équivalent temps plein) qui travaillent à la station, sans compter les emplois induits ainsi que les étudiant.e.s et chercheur.se.s qui viennent ponctuellement sur le site.

La station de Moulis est un lieu qui contribue indéniablement à l’attractivité et à la renommée de notre territoire.

Cette visite est également la démonstration du lien direct qui existe entre la circonscription et le travail parlementaire. En effet, quelques jours auparavant, dans le cadre du Projet de Loi Finances 2019, je défendais un amendement dans l’hémicycle, visant à octroyer plus de moyens au CNRS, au détriment de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), qui constitue, à nos yeux, un échelon administratif qui complexifie et ralentit le processus scientifique. Cet amendement a également permis de soulever la question de la gouvernance au sein des institutions de la recherche publique.

Vous pouvez retrouver mon intervention ainsi que la réponse qui m’a été faite par le gouvernement ici : https://youtu.be/Yv72MCtN-zs