L’interruption des travaux parlementaires m’a permis de passer du temps en Ariège, qui offre des panoramas plus agréable que les forêts d’immeubles du paysage francilien. Si j’ai choisi cette vie de député, et qu’elle me satisfait pleinement, il n’en est pas moins difficile de quitter mon village d’Arrout chaque semaine pour rejoindre Paris. Le mois d’août fut donc l’occasion de me ressourcer ici, parmi vous, mes chers ariégeois.e.s.

Ma présence dans le département m’a permis de rendre honneur aux nombreux acteurs de la vie culturelle locale, qui nous ont offert encore cette année un foisonnement d’événements en tout genre. Je me suis rendu à l’inauguration du festival international de marionnette MIMA à Mirepoix, puis à celle d’Ingénieuse Afrique à Foix, et au repas traditionnel d’Autrefois le Couserans. J’ai aussi pu assister au spectacle des Cultures du monde, dans le cadre du festival RITE à Saint-Girons, à celui sur la préhistoire proposé par la Tribu de Magda au Mas d’Azil, et aussi à l’incontournable spectacle Foix Terre d’Histoire. J’ai pu rendre visite et apprécier le travail des artistes qui exposaient cet été au Carla Bayle, à Saint-Lizier ou encore à Sainte-Croix-Volvestre. Enfin, je me suis efforcé de répondre aux sollicitations des élus qui m’ont invité à leurs fêtes locales, notamment M. Barrière à Escosse et M. Franquine à Sainte-Suzanne, ou encore pour le pot de l’amitié de l’association mémorielle “La guerre des demoiselles”. 

J’ai aussi profité du mois d’août pour faire le tour des groupes d’action insoumis en Ariège, car le temps me manque pour leur rendre visite le reste de l’année, et je prie les militant.e.s de bien vouloir m’en excuser. Ces rencontres conviviales organisées à Lavelanet, Laroque d’Olmes, le Mas d’Azil, Pailhès, ou encore Sainte-Croix-Volvestre, furent l’occasion de faire le bilan avec eux de la campagne des européennes et d’évoquer les perspectives à venir pour le mouvement en Ariège, et en particulier la question des municipales. Il me reste encore d’autres rencontre de ce type à prévoir à Pamiers, Foix, Saint-Girons ou encore Massat. Je ferai de mon mieux pour qu’elles puissent avoir lieu avant la fin de l’automne.
Bien que les travaux parlementaires aient repris, et que ma présence à l’Assemblée Nationale et dans plusieurs délégations françaises à l’international soit requise, je m’efforcerait de revenir autant que possible en Ariège pour me mettre à la disposition des acteurs locaux et des citoyen.ne.s de ce département, qui m’ont fait l’honneur de me confier ce mandat de député et toute les responsabilités que cela implique. Merci encore pour votre confiance.