En commission Culture et Education, j’auditionne M. Didier Guillaume, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, sur le thème de l’enseignement agricole.

« Face au réchauffement climatique, l’agriculture se trouve confrontée à l’obligation de se restructurer en profondeur, afin de faire face aux nouveaux enjeux de notre époque. Le vieux modèle agricole productiviste, qui a permis de nourrir l’Europe d’après-guerre, est aujourd’hui dépassé.

La multiplication des maladies liées aux pesticides, à la mauvaise alimentation, ainsi que la responsabilité majeure de l’agriculture dans les émissions des gaz à effet de serre, nous encourage à entrer de plein pied dans la révolution agricole que nous appelons de nos vœux. La France doit développer un projet agricole paysan et écologique à la hauteur des attentes de sa population. Celle-ci réclame une nourriture plus saine et les paysans appellent de leurs vœux à une juste rémunération de leur travail.

Réfléchissons à la transition du mode d’apprentissage des techniques agricoles. L’agriculture biologique ne doit pas simplement être un complément de la formation de nos futurs agriculteurs, elle doit en être le cœur.

Permettons aux agriculteurs déjà installés, de se former aux nouvelles techniques de production agricole et de commercialisation en circuit court.

Nous estimons à 300.000 le nombre de nouveaux paysans nécessaire afin d’assurer la transition de nos modèles de production agricole, vers une France écologique, respectueuse et soucieuse de la santé de ses habitants et de ses agriculteurs. Ce sont donc 300 000 citoyens qu’il faut former, à un haut niveau de compétence technique et intellectuelle.

Le basculement de l’agriculture vers un modèle paysan est essentiel à la transition écologique. Cette restructuration du territoire et des modes de production peut s’accompagner de création de centaines de milliers d’emplois.

L’enseignement agricole est un élément clé dans la transition vers une agriculture responsable et écologique. Nous pensons que d’ici la fin de cette législature, tous les ateliers proposés aux étudiants de la filière agricole devraient devenir des ateliers en culture biologique.

Monsieur le ministre, seriez-vous favorable à une telle mesure, qui ne serait que la première étape de la grande révolution agricole dont l’humanité a besoin ? »