Question au Ministre Denormandie sur la situation du logement en France.

« Selon la Fondation Abbé-Pierre, en 2017, il y a 150.000 Sans Domicile Fixe en France, soit une augmentation de 50% en 10 ans.

D’autres, qui pensaient être à l’abri, ont vu leur toit s’écrouler sur leurs têtes. Il y a un an, le drame de la rue d’Aubagne à Marseille faisait 8 morts.

Alors que notre arsenal législatif permet des actions de résorption de l’habitat indigne, vous préférez livrer le parc immobilier social français à la spéculation immobilière, avec votre loi ELAN.

Aujourd’hui, l’accession à un logement est devenue prohibitive. Ceux qui doivent se loger inventent donc des solutions alternatives. Certains, ont des terrains privés sur lesquels ils installent yourte, maison en paille, cabane… D’autres n’ont pas d’autres choix que de s’installer sous des tentes ! 

Votre politique mène à la gentrification des métropoles excluant les populations pauvres et précaires loin du regard des premiers de cordée. Mais vous les pourchassez aussi jusque dans nos campagnes, avec votre projet de loi « Engagement et proximité ».

Si les associations n’avaient pas fait pression, vous auriez taxé un SDF de 500€ au motif qu’il dort dehors. Où doit-il aller ? Il est enfermé dehors.

Vous donnez la possibilité aux maires de prononcer une astreinte de 500€ à l’encontre de nos concitoyens et nos concitoyennes, s’ils installent un habitat alternatif sur leur propriété, même aux confins de l’Ariège. Ce qui en passant, donne une arme supplémentaire de coercition contre les gens du voyage.

Monsieur le Ministre, jusqu’où pourchasserez-vous notre population pauvre et précaire ? »